Analyse d’images avec Immuno Cytoplasm

Ce programme permet de calculer la surface du marquage cytoplasmique. Après extraction des noyaux, il permet également d’estimer le nombre de cellules présentant un marquage positif et de les classer selon l’intensité de leur marquage.

Le protocole :

Les étapes de l’analyse d’images avec l’algorithme Immuno Cytoplasm sont les suivantes :

  • Identification du plan couleur
    L’algorithme réalise une dé-convolution couleur automatique (DAB/H ou AEC/H). Cette dé-convolution peut ensuite être ajustée par l’utilisateur.
  • Segmentation de l’image – Etape 1
    L’opération de segmentation de l’image permet d’identifier les objets à analyser. Cette opération est réalisée automatiquement et peut ensuite être affinée à l’aide d’un curseur.
  • Segmentation de l’image – Etape 2
    La seconde étape de la segmentation consiste à isoler les noyaux non marqués de la surface cytoplasmique à analyser.
  • Définition des seuils de positivités au marquage
    La segmentation des objets peut être affinée par des traitements morpho-mathématiques. Les seuils des quatre classes d’intensité de marquage sont définis.
  • Définition des paramètres de mesure
    Après isolation des noyaux, la surface nucléaire moyenne peut alors être définie.

Les résultats présentent le nombre de noyaux estimés ainsi que le pourcentage de la surface positive au marquage. Cela permet d’estimer le nombre de cellules positives.

Les objets sont classés en fonction de l’intensité moyenne de leur marquage et triés selon 4 classes prédéfinies de négatif aux intensités 1+, 2+ et 3+. La proportion de la surface cytoplasmique positive relative à l’ensemble de la surface cytoplasmique, c’est à dire le rapport « surface marquée/surface totale », donne alors l’indice de marquage.

Les résultats indiquent également la proportion de cellules pour chacune des quatre classes de marquage définies. La proportion de cellules marquées correspond alors au pourcentage de noyaux présents dans des cellules positives au marquage